L’encyclopédie

Eckmül : Port et ville

Eckmül : Port et ville

Eckmül est une agglomération de toute première importance. On y compte près de deux cent mille habitants humains, ce qui en fait la cité la plus peuplée du continent.
Il existe divers pouvoirs politiques locaux : chefs de village, bourgmestres, conseils autogestionnaires, etc. Mais c’est en réalité le Conservatoire d’Eckmül qui assume de façon détournée la charge politique. La pratique est assez simple : le Conservatoire se contente de maintenir la paix dans sa zone d’influence et les territoires qui désirent en faire partie acceptent, en échange, un pouvoir local aussi peu dénué d’humanité que possible. Le Conservatoire se fait obéir grâce à son arme absolue : il menace de retirer ses sages de tout village ayant des intentions belliqueuses ou conquérantes. Ainsi privés de magie, les agresseurs ont peu de chance de nuire beaucoup à des voisins qui eux, sont encore capables d’utiliser leurs pouvoirs.

Le conservatoire d’Eckmül, temple de la sagesse

Le conservatoire d’Eckmül,
temple de la sagesse

Le Conservatoire existe depuis des millénaires et la plomberie des sanitaires a rarement été refaite. Quoi qu’il en soit, c’est sans aucun doute l’institution la plus respectée de Troy. On y enseigne de nombreuses disciplines, mais son objet premier est bien sûr de former les sages qui iront relayer les champs de magie jusque dans les plus lointains villages.

La magie, phénomène remarquable

La magie,
phénomène remarquable

Il est bon de rappeler que chacun des habitants de Troy possède des pouvoirs magiques.. Mais connaissez-vous bien l’étendue de certains pouvoirs ? Les pouvoirs peuvent être simples, c’est-à-dire utilisables n’importe où et n’importe quand, ou sujets à condition. Comme le pouvoir de guérison que possède C’ian, qui ne fonctionne que la nuit. Son père, le sage Nicolède, a tenté l’expérience consistant à l’enfermer dans une cave hermétique à toute lumière, mais le pouvoir ne s’est pas laissé abuser par la supercherie et a refusé de produire le moindre effet. Certains pouvoirs ne se déclenchent que périodiquement, au printemps, ou lorsque le sujet a les cheveux courts ou lorsqu’il se tient à cloche-pied. Il n’y a pas de règles précises. On raconte qu’un petit garçon avait une force extraordinaire, mais qu’elle le quittait dès qu’il était enrhumé.

Les relais de la magie

Les relais de la magie

Les sages d’Eckmül, à l’origine, sont des hommes comme les autres, possédant un pouvoir. Mais leur apprentissage les dépossède de cette faculté. Il est en effet impossible de conserver l’usage de son pouvoir et de relayer la magie. Un personnage comme Thanos, par exemple, avait renoncé à sa faculté de délocalisation, lorsqu’il était au Conservatoire. Après avoir trahi et renoncé à servir Eckmül, il a cessé de relayer la magie et a retrouvé l’usage de son pouvoir. En effet, leur fonction de transmetteur du champ de magie absorbe toute l’énergie thaumaturgique des sages. Un sage accomplit donc un véritable don de lui-même à la société lorsqu’il décide de porter la bure.

Le Magohamoth, essence du grand secret

Le Magohamoth,
essence du grand secret

Également appelé l’Animal Fabuleux, le Magohamoth est selon toutes les recherches menées par le Conservatoire d’Eckmül la source de toute magie sur Troy. Pourquoi ? Comment ? Le fait-il exprès ? Est-ce simplement un animal ? L’affaire est longtemps demeurée un mystère. Est-il domestique ? De nombreux héros, depuis des siècles et des siècles, se sont lancés à la recherche du Magohamoth. Certains sont parvenus au terme de leur quête, d’autres au terme de leur vie.
Des voyageurs prétendent avoir croisé le Magohamoth au hasard de leurs déambulations. Les descriptions de la Bête sont aussi variées que fantaisistes : avec des poils ou des écailles, volant ou muni de sept cent soixante-dix-sept pattes, plus grand qu’une montagne ou de la taille d’un insecte, plongeant au plus profond des mers ou tapi dans une sombre grotte… Enfin, nous connaissons tous aujourd’hui la vérité ! Le Conservatoire d’Eckmül a longtemps précieusement conservé une relique : un globe de cristal contenant l’air expiré par le Magohamoth. Nul ne sait quel paladin des temps anciens put se procurer cette Respiration, mais son origine n’a jamais été mise en doute. Jusqu’au jour où apparut ce fragment d’ivoire, enchâssé dans le pommeau d’une épée…

Le troll, une créature taquine

Le troll,
une créature taquine

Les trolls sont-ils des animaux ou des créatures proches de l’homme ? C’est un grand débat théologique et il convient de soulever quelques points de détail avant de se faire une opinion. À l’état naturel, le troll est un être solitaire, sanguinaire, barbare, cruel, anthropophage, répugnant, impitoyable, extrêmement féroce et dangereux, pour tout dire assez bestial.
Enfin, c’est en tout cas ce qu’il aime à faire croire aux hommes. Une étude plus détaillée montre que ce comportement peut être beaucoup plus subtil qu’il n’y paraît. On reconnaît un troll sauvage à son manque de courtoisie, au tronc d’arbre qu’il utilise comme massue et aux dents qu’il vient de planter dans votre jambe, la sectionnant net à mi-cuisse. Il pousse d’horribles grognements et adore chasser, même s’il n’est pas motivé par la faim. Au contraire, après un bon repas (une vierge crue, par exemple), il aime faire un peu d’exercice et il n’est pas rare de le voir se lancer dans une petite tuerie digestive. Son alimentation se compose principalement de viande rouge, généralement prélevée à même la victime hurlante et il raffole particulièrement de la chair des enfants et des jeunes filles. Mais il n’en trouve pas tous les jours et son régime habituel comprend plutôt du loss, du buffle, du paysan ou du dragon. Il craint les légumes presque autant que l’eau et considère comme une indécence l’idée même de propreté. Il mange sans délicatesse, recrachant autour de lui les os qu’il suce avec application pour en extraire la moelle. Et plus que tout, il tient à ses mouches qui sont à la fois de véritables amies et un bon indicateur de son statut social pour les autres trolls.

Grand-père Teträm

Grand-père Teträm

Les plus attentifs ont pu s’en apercevoir, Hébus le troll aime à citer son grand père, un troll resté fameux sous le nom de Teträm (ou Teuträm, suivant les retranscriptions.) Les récits sur Teträm sont nombreux mais assez contradictoires. On sait qu’il vivait un peu plus de deux siècles avant Lanfeust (n’oublions pas que les trolls ont une longévité deux à trois fois supérieure à celle des humains). À son époque, les trolls habitaient de charmants petits villages typiques et menaient une vie paisible de pillages et de massacres. Teträm, combattant de légende, fut le premier grand résistant de la Guerre d’Extermination des Trolls.
Teträm était un troll tout à fait ordinaire, sentant mauvais sous les bras et vaguement plus hargneux que les autres. Fait extraordinaire pour un troll, il avait adopté un bébé humain femelle, non pas pour l’engraisser en attendant les fêtes (rappelons que les trolls sont des chasseurs-cueilleurs et non pas des pasteurs-agriculteurs), mais tout simplement pour l’élever comme une vraie petite trolle. Teträm n’était pas spécialement grand, mais plutôt beau pour un troll. Il combattit avec acharnement la Phalange de Tueurs de Trolls lancée à ses trousses, et sa pugnacité en fit un être de légende.